La position de la langue au repos peut avoir des conséquences sur la croissance des os ou des dents, et sur le fonctionnement des voies respiratoires.

La langue est dite au repos lorsqu’une personne n’avale pas ou n’est pas en train de parler. L’impact de la position de la langue au repos est important. La langue est dans une bonne position au repos lorsque sa pointe est en contact avec la zone apexienne du palais qui se situe juste en arrière des incisives maxillaires et que les dents sont presque jointes. Les contours de la langue se placent sur le pourtour du palais, le long des molaires supérieures. Le centre de la langue est plat et souple.

Des études ont montré que la langue au repos exerce en permanence une force de quelques grammes sur son environnement buccal. Aussi incroyable que cela puisse paraître, cette force appliquée en permanence est suffisante pour déplacer une dent, perturber son éruption ou encore déformer les os qui les portent.

De la même manière que le vent, avec du temps, façonne les montagnes, la langue contribue à façonner la bouche et le visage! Une bonne position de la langue en inactivité est donc essentielle.

Lorsque la langue a une mauvaise position de repos, elle ne façonne pas le palais en largeur. Le palais, le visage et les maxillaires sont étroits, ne laissant pas suffisamment de place pour que les dents se positionnent correctement.

Voici plusieurs exemples de mauvaises positions de la langue au repos et leurs conséquences :

  1. La langue est en position basse et sa pointe est en appui sur les incisives inférieures. C’est une position qui peut entraîner une croissance de la mandibule (ou maxillaire inférieur) qui devient trop avancée par rapport au maxillaire supérieur. C’est ce qu’on appelle la prognathie inférieure.
  2. La langue s’interpose entre les dents, en avant et/ou sur les côtés, en permanence ou se place tout le temps dans les espaces laissés par une dent de lait tombée. L’action continuelle de la langue va inhiber la sortie des dents (qui poussent alors dans l’os) et empêcher leur occlusioncorrecte.
  3. Le dôme de la langue appuie vers le haut et l’arrière du palais et la pointe de la langue est basse. Cette position de la langue qui va chercher un point d’appui du dos de langue  à l’arrière du palais avec un contre appui de la pointe dans la mandibule est anormale. La langue va approfondir le palais, détendre le voile du palais, réduire le calibre des voies respiratoires et jusqu’à entraver la respiration. Cela peut alors provoquer des ronflements, voire s’aggraver en Syndrome d’Apnées Obstructives du sommeil (SAOS).