La langue joue un rôle crucial lorsque nous parlons et l’existence de dysfonctions linguales peut s’accompagner d’une mauvaise prononciation ou articulation des mots comme le zézaiement, le sigmatisme ou le chuintement.

Lorsque nous parlons, le son est modulé par la langue et les lèvres. L’articulation des sons se fait essentiellement avec la glotte et les lèvres, c’est pourquoi nous sommes capables de lire sur les lèvres, pas sur la langue.

La langue, principalement la pointe de la langue, doit prendre contact sur une zone appelée « apexienne », juste derrière les incisives, pour prononcer les consonnes dentales : (L), (N), (D), (T). Essayez!

Lorsque la langue dysfonctionne ou se place mal pendant l’élocution, elle va bouger de manière intempestive et affecter l’articulation des sons. Il est alors possible de la voir se placer derrière les incisives mandibulaires ou même dépasser un peu les dents antérieurement et/ou latéralement.

Attention, certaines personnes dysfonctionnantes ont malgré tout une bonne élocution.

 

 

Les relations entre déglutition et phonation ont beaucoup été étudiées.

La déglutition atypique est reconnue comme une des causes de troubles de la phonation, pour plusieurs raisons.

Par exemple, lorsqu’une personne a des dysfonctions linguales, la langue s’interpose entre les dents ou remplit des espaces vides. Par ailleurs, de la même façon que pour les pieds ou les mains, la langue possède sa propre proprioception : sa propre capacité à trouver des repères dans l’espace ! A l’inverse, une dysfonction linguale diminue ces repères et l’amène à adopter des positions non conformes, qui affectent l’articulation des sons et l’expression faciale.

La rééducation linguale permet de corriger des défauts de phonation.

 

 

Lire les autres chapitres :

Lire les autres chapitres :