Infections à répétition ! Découvrez comment la rééducation linguale peut vous aider à les prévenir

 

Votre nez peut vous sauver !

La respiration nasale est une habitude physiologique saine bénéfique à tout point de vue pour la santé et plus particulièrement pour lutter contre les infections de la sphère ORL.

Première barrière physiologique de sécurité, le nez offre une triple protection en humidifiant, réchauffant et filtrant l’air inhalé. Alors respirons de manière appropriée, avec le nez !

respiration nasale et infections respiratoires
Respirer par le nez limite les infections.

Une étude faite par une équipe de chercheurs sud-coréens a démontré une abondance microbienne dans l’atmosphère de l’ordre de 1,7 à 4 millions de virus et 860 000 à 11 millions de bactéries par mètre cube.

Nous respirons en moyenne 10 000 L d’air par jour. Chaque minute qui passe, nous inhalons environ 17 000 à 400 000 virus ! De quoi rester confiné chez soi ! …Sauf que nous devons bien sortir à un moment donné. Heureusement, notre nez est là pour nous protéger.

Contourner la respiration nasale pour la respiration buccale peut sembler inoffensif… Non ! Ça peut avoir des conséquences graves, telles que des infections à répétition : rhino-pharyngites, rhumes, grippes, otites et angines..

Pourquoi ce petit organe joue-il un rôle aussi grand ? 

La muqueuse nasale, gardienne de l’entrée naturelle de l’air dans le corps, joue un rôle immunitaire primordial. Elle doit cette particularité, d’une part, à sa richesse vasculaire qui transporte une armée de cellules immunitaires et d’anticorps de défense, et d’autre part, à son système d’épuration mécanique impliquant le mucus (le liquide produit par les glandes nasales) et les cils vibratiles (ou plus communément : les poils du nez).

Ce système de défense est parfaitement organisé. Un maximum de microbes en suspension dans l’air inhalé se retrouvent alors pris au piège dans le mucus tapissant les surfaces internes du nez. Encerclés par cette armée de soldats bien entraînés, ils subissent ensuite une attaque massive bien orchestrée.

Arme de destruction massive de microbe, le nez a la spécificité de produire du monoxyde d’azote (NO)Mélangé en permanence à l’air inhalé, le NO détruit les microbes piégés dans le mucus. Il contribue également à l’épuration des voies aériennes.

C’est donc grâce à toutes ces multiples lignes de défense propre à notre nez, que nous sommes plus résistants aux infections par les virus et les bactéries circulants dans l’air. C’est ce qui nous évite de tomber fréquemment malade !

Pourquoi respirez par la bouche est-il défavorable pour notre santé ?

La bouche…Une porte d’entrée pour les microbes !

La respiration buccale est une respiration d’appoint. Elle est utile lorsque la respiration nasale n’est plus suffisante, particulièrement en cas d’efforts physiques intenses.

homme qui respire la bouche ouverte en dormant

Quand elle est habituelle, notamment durant la nuit, la respiration par la bouche entraîne fréquemment un assèchement salivaire.  Ceci facilite la stagnation et la prolifération microbienne.

Saviez-vous qu’environ 50% de la population dort la bouche ouverte ? Vous en faites peut-être partie !

Contrairement au nez, l’air qui rentre par la bouche n’est pas réchauffé, il est non filtré et donc chargé de microbes, qui peuvent facilement entrer dans notre organisme. Ceci nous expose donc à un risque infectieux plus élevé et nous rend plus sujets aux inflammations chroniques graves (telles que : pharyngites, amygdalites…).

Pourquoi respirer par la bouche quand on peut le faire par le nez !

L’être humain est conçu et programmé pour respirer par le nez. Ce mode de ventilation offre entre autres, une protection immunitaire des plus efficace.

La langue joue un rôle crucial dans des fonctions telles que : respiration, déglutition et phonation… Les dysfonctions linguales (langue basse, déglutition atypique…) peuvent induire un rétrécissement des voies aériennes, et de ce fait, favoriser une respiration buccale.

Si celles-ci ne sont pas traitées efficacement, elles continueront à entretenir une respiration buccale. C’est là qu’un cercle vicieux infectieux s’établit inévitablement.

Que faire dans ce cas !?

Mieux vaut prévenir que guérir

TRP prévention infections respiratoires
le dispositif TRP favorise une respiration nasale

Une rééducation linguale, faite de manière régulière, permet de corriger la posture et les fonctions de la langue. Cela a pour conséquence un élargissement des voies aériennes, qui favorise la respiration nasale.

Cette rééducation est complétée par une sensibilisation du patient, pour qu’il prenne conscience qu’il peut respirer par le nez. Ceci est primordial à tout âge, en cas de dysfonctions.

L’utilisation du dispositif TRP (Tongue Right Positioner) corrige les dysfonctions linguales à l’origine de la respiration buccale. Il stimule et guide continuellement la langue à adopter fonctions et positions physiologiques, qui favorisent la respiration nasale. Il prolonge ainsi la rééducation linguale et instaure un cercle vertueux.

Le TRP (Tongue Right Positioner) est fait sur mesure afin qu’il soit le moins gênant possible, il se porte principalement la nuit mais peut être porté le jour.

Grâce à la rééducation avec le TRP, nous apprenons à bien respirer par le nez. Cela réduit le risque d’infections microbiennes, les problèmes respiratoires qu’elles génèrent et les perturbations de la vie quotidienne qui en découlent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

vulputate, mattis porta. Donec sed lectus ante.