A l’occasion de la Journée Mondiale de la Santé, nous avons voulu aborder un sujet qui ne manque pas d’air ; le Syndrome d’Apnées Obstructives du Sommeil (SAOS). Cette pathologie touche de très nombreuses personnes, hommes comme femmes. Elle peut être traitée de manière curative et non invasive.

 

Vous vous réveillez plusieurs fois par nuit ? Votre conjoint(e) vous a déjà prévenu, non seulement que vous ronflez, mais aussi que vous faites des arrêts respiratoires pendant votre sommeil ? Vous êtes peut-être atteint(e) d’apnées du sommeil, comme 50% des hommes et 25% des femmes ( !). Une étude récente a montré que 20% des enfants sont aussi touchés.

Le Syndrome d’Apnées Obstructives du Sommeil, Késako ?

Le SAOS correspond au collapsus partiel ou total du pharynx, le plus souvent par la langue. L’air ne peut alors plus « entrer » dans les poumons pendant plusieurs secondes, et cette situation peut se répéter plusieurs fois, voire plusieurs dizaines de fois par heure chaque nuit! Cela provoque des réveils réguliers pour reprendre sa respiration et empêche d’atteindre le sommeil profond (le fameux sommeil réparateur). Le manque d’oxygénation entraîne de graves conséquences à moyen ou long terme : complications cardiovasculaires (hypertension, infarctus, AVC…), métaboliques (diabète) ou neurologiques…

 

« Selon les études, le SAOS augmente le risque de décès prématuré par 6.»

Quel rapport avec la langue ?

Ce que vous ignoriez peut-être, c’est que le SAOS est très majoritairement provoqué par la langue. Plus précisément parce que les dysfonctions linguales conduisent à une position reculée et un manque de tonus de celle-ci.

Le recul de la langue réduit l’espace de passage de l’air et favorise l’obstruction au niveau du pharynx.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la physiologie du Syndrome d’Apnées Obstructives du Sommeil, cliquez ici.

« Le Syndrome d’Apnées Obstructives du Sommeil est très majoritairement provoqué par la langue »

 Comment traiter cette pathologie ?

 

SAOS - volant
Le SAOS provoque une fatigue qui peut être dangereuse au volant.

La première étape du traitement est le dépistage. Cela peut paraître évident mais pourtant, la plupart des personnes atteintes du SOAS l’ignorent ! Il est possible de détecter les apnées : le ronflement est souvent la partie émergée de l’iceberg, et une personne qui ronfle régulièrement à de fortes chances de faire un SOAS. Si vous (ou une personne de votre entourage) vous réveillez toujours fatigué(e), vous irritez facilement pendant la journée, avez des difficultés à vous concentrer, êtes hypertendus… n’hésitez plus, parlez-en à votre médecin.

« N’ayez plus peur de faire traiter votre SAOS. Un traitement existe avec des résultats durables. »

Puisque vous savez maintenant ce qui provoque l’apnée du sommeil, vous comprenez qu’il est judicieux d’agir sur la cause du problème pour le traiter et obtenir des résultats durables.

De plus en plus d’études montrent que la rééducation linguale est efficace pour installer les fonctions et positions physiologiques de la langue, tonifier ses muscles pour traiter durablement le SAOS.

Parlez-en à votre médecin !

Si vous le souhaitez, vous trouverez plus d’informations sur la rééducation linguale ici.

 

Et vous, avez-vous des troubles respiratoires du sommeil ? Connaissiez-vous les traitements rééducatifs de la langue ? N’hésitez-pas à commenter !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Phasellus ut tempus Nullam mi, eget dolor sem,